Print Friendly, PDF & Email

Accompagnement des personnes et familles concernées par les opérations de démolition-reconstruction auprès de l’office public départemental « Habitat du Gard »  (ex OPD HLM du Gard)

de janvier 2001 à décembre 2004 dont le relais doit être assuré par une MOUS « plan Borloo ».

Cette mission financée par le FSL avait pour vocation d’assurer auprès du bailleur une prestation s’inscrivant dans un processus d’accompagnement social lié au logement. Pour cela, l’ALG a détaché deux travailleurs sociaux diplômés, à mi-temps, une Conseillère en Economie Sociale et Familiale et un Éducateur Spécialisé. Les lieux d’intervention ont été Nîmes (centre ville, quartiers Chemin-Bas d’Avignon & Valdegour) et St Gilles (Cité Sabatot).

Cette action s’est déclinée de la manière suivante :

Mise en place :

  • d’un travail collectif visant notamment l’information des locataires vis à vis des diverses opérations en lien avec le bailleur,
  • d’un travail individuel, élaboré à partir de la définition des projets de relogement des ménages : remobilisation de la famille, saisine des dispositifs d’aides (FSL/maintien/ASLL…) orientation vers le travailleur social de secteur, mise en lien avec les partenaires locaux ou sociaux…, si nécessaire.
  • d’une médiation bailleur locataire à partir du souhait des personnes (en cas de rupture du contact bailleur-famille par exemple suite à litiges ou tentative d’expulsion).
  • d’une aide à l’installation de ces personnes sur une durée de deux mois, en organisant les relais nécessaires.

Ce descriptif a par ailleurs été complété d’un soutien apporté au bailleur dans le diagnostic préalable au relogement des familles (recensement par cage d’escalier des familles, identification/diagnostic social, enregistrement des souhaits et besoins…).

Outre les grandes orientations de ce cahier des charges l’ALG est intervenue sur des situations locatives « lourdes » de familles en rupture totale avec le bailleur, dans un dénuement total, et souvent confrontées au-delà de la situation d’impayés à des problématiques de santé graves les mettant en danger eux-mêmes ou leur entourage et voisinage immédiat.

La prise de contact directe ou via pour certains des proches, famille, voisins ou associations de quartiers a permis dans la très grande majorité des cas de rétablir le lien avec le bailleur et les services sociaux. La mise en place d’une médiation a permis le relogement des familles et le traitement de l’impayé en lien avec le FSL, le bailleur et le service social de secteur.

Cette « disponibilité » nous semble primordiale et nécessaire de manière à ce que le nouveau logement soit aussi une occasion pour certains de « redémarrer » dans la vie sur de meilleures bases.

L’ALG a poursuivi cette mission sur les mêmes secteurs de 2005 à 2010 dans le cadre de l’ANRU sous l’égide de Nîmes Métropole et a mobilisé deux travailleurs sociaux (CESF) à temps plein (diagnostic social, accompagnement des locataires en lien avec les bailleurs sociaux et partenaires concernés, accompagnement dans le déménagement et enfin suivi sur une période «  de consolidation »  de trois mois après le relogement).